Les polyphénols et le miel

Les polyphénols représentent des milliers de composés présents chez les végétaux, notamment les fruits et les légumes. Ces micronutriments possèdent des propriétés antioxydantes très efficaces pour contrer les espèces oxygénées réactives (EOR). Ces phytonutriments sont utiles à la plante pour ses réactions de défense contre les attaques de l’environnement. Ils appartiennent à plusieurs familles que classer sommairement en flavonoïdes et non-flavonoîdes.

Chez l’homme, leurs bénéfices sont nombreux si l’on varie les sources ! En effet, si certains comme la quercétine sont présents dans tous les végétaux, d’autres se retrouvent spécifiquement dans certains aliments. C’est le cas des anthocyanes pour les fruits rouges et des indoles pour les choux.

On ne connait pas encore tous les bienfaits des polyphénols chez l’homme. On sait toutefois que la majorité d’entre eux sont de puissants antioxydants, qui aident à lutter contre les radicaux libres et ainsi au vieillissement.

Le miel, étant issu du nectar des fleurs, a une forte teneur en polyphénols, mais aussi en béta carotène et en vitamine C7.

La quantité et le type de flavonoïdes varient selon la source florale. En règle générale, plus les miels sont foncés (comme ceux issus du tournesol, du sarrasin et de miellat), plus ils sont riches en flavonoïdes. Parmi les flavonoïdes retrouvés dans le miel, on peut citer : la pinocembrine, la pinobanskine, la chrysin, la galangine, la quercetine, la lutéoline et la kaempférol.

A noter que, de manière générale, un miel « toutes fleurs » contiendra évidemment une plus grande variété de polyphénols qu’un miel de cru (monofloral).

Rappelons que le miel est un produit biologique très complexe, d’une diversité extrême, regroupant plus de 200 substances différentes, lui conférant de trés nombreuses propriétés diététiques, pharmacologiques et thérapeutiques, dont de nombreuses restent à étudier…